Immunologie.

**Si vous ne disposez pas d'un viewer Powerpoint, en voici ici un disponible (c'est gratuit).

Retour à l'accueil
des documents
pour comprendre

SimIMMUNO

Sébastien Warin, élève TS en ...

Simulateur des défenses immunitaires de l'organisme humain basé sur les connaissances du programme de Terminale S. C'est l'oeuvre de Sébastien WARIN, (Ex)élève de Terminale S au lycée Jean Perrin de Lambersart (59).

SimImmuno tente de reproduire au mieux le rôle des acteurs des défenses immunitaires. Cette simulation s'effectue par cycle et met en oeuvre différents acteurs qui disposent d'une durée de vie en "cycle", différente selon le type d'acteur, décrémentée de 1 à chaque cycle. Le programme utilise un espace à 2 dimensions où évoluent les différents acteurs ...

Faites votre propre "expérience" ou laissez-vous guider par les modèles !

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d'immuno-déficience acquise)

• Le VIH et la primo-infection

Le VIH (virus de l'immunodéficience humaine) est transmis par voie sexuelle, par voie sanguine ou au cours de la grossesse de la mère à l'enfant.
Le VIH appartient à la catégorie des rétrovirus (virus à ARN).
Une enzyme virale, la transcriptase inverse, transcrit l'ARN viral en ADN dans les cellules infectées. Cet ADN est intégré au génome de la cellule et s'exprime, permettant la reproduction du virus sous forme de particules virales infectieuses et leur dissémination notamment dans les organes lymphoïdes.

Pendant cette période, les symptômes se limitent le plus souvent à ceux d'une maladie virale bénigne.

• La phase asymptomatique :
- Deux semaines à quelques mois après la contamination, la présence dans le sang de différents anticorps anti-VIH est décelée, le sujet est dit alors “ séropositif pour le VIH”.
- Apparaissent en même temps dans le sang du sujet contaminé des lymphocytes T cytotoxiques spécifiques dirigés contre les cellules infectées par le VIH.
- Pendant cette période asymptomatique de plusieurs années, les défenses immunitaires restent actives mais les virus continuent à se multiplier et le nombre de lymphocytes T4 à diminuer.

• Le sida : phase symptomatique
En absence de traitement, le nombre des LT4 baisse. Le sida se caractérise alors par diverses maladies opportunistes.

SIDA cycle VIH

Gilles Furelaud

Flash utilisé en classe.

Très bien pour le cycle.

SIDA 3D

Toulouse

E et P Perez

Logiciel interactif et en 3D sur le thème du SIDA. Quatre modules :

  • description et cycle ;
  • cellules cibles ;
  • test Western Blot ;
  • évolution de la maladie (courbes).

Très bien fait, envisage les différents points traités dans le programme.

SIDA site

ALS = association de lutte contre le SIDA

site sur le SIDA : grandes questions, tout public.

Assez général, bien pour l'information "pratique".  

Leucocytes

Viviane Guillaume, ENCPB, Paris

Un diaporama présentant les caractères distinctifs des différents types de leucocytes. Les cellules cibles du VIH sont principalement des cellules immunitaires : lymphocytes T4, monocytes et macrophages, ces dernières cellules (monocytes et macrophages) jouant un rôle de véritable réservoir, notamment dans les ganglions lymphatiques. Elles possèdent des protéines membranaires auxquelles le virus s'amarre par l'intermédiaire d'une protéine de son enveloppe (la plus imp. de ces protéines mbranaires étant CD4), ce qui lui permet de pénétrer dans la cellule hôte.
quiz hématologie  Prévu pour des élèves de SMS et donc trop complexe (notamment la distinction entre les différents granulocytes n'est pas à connaître pour des TS), s'y essayer peut être intéressant toutefois.

circulation sanguine et lymphatique

Claude Perrin

Dans "biologie humaine", page 1.

Schéma annoté et trajets animés.

antigène et anticorps

Laurent Martorell, Champigny/Marne

Ce diaporama présente la notion d'antigène (particulaires, solubles) ainsi que la notion d'anticorps et de ses fonctions biologiques effectrices

1) Les anticorps : agents du maintien de l'intégrité du milieu extracellulaire
La séropositivité pour le VIH correspond à la présence d'anticorps spécifiques, dirigés contre certaines protéines du virus.
La synthèse d'anticorps est la signature d'une réaction de l'organisme à la présence d'éléments étrangers.
Les anticorps sont des effecteurs de l'immunité acquise.
Ils agissent dans le milieu extracellulaire (ou milieu intérieur) en se liant spécifiquement aux antigènes qui ont déclenché leur formation.
Les anticorps sont des immunoglobulines, protéines circulantes du milieu intérieur constituées d'une partie constante et d'une partie variable.

La spécificité des anticorps est due à la partie variable.

La liaison antigène – anticorps entraîne la formation de complexes immuns, favorisant l'intervention de mécanismes innés d'élimination de ces complexes.

Les cellules phagocytaires (macrophages, polynucléaires), exprimant des récepteurs de la partie constante des anticorps, fixent par l'intermédiaire de ces récepteurs les complexes immuns et les éliminent par phagocytose.

Les anticorps sont produits par des lymphocytes B sécréteurs ou plasmocytes.
De très nombreux clones de lymphocytes B se distinguant par leurs anticorps membranaires qui servent de récepteurs pour l'antigène, préexistent avant tout contact avec celui-ci.
La reconnaissance d'un antigène donné par un lymphocyte B porteur d'un récepteur spécifique de cet antigène entraîne la multiplication de ce lymphocyte et la formation d'un clone de lymphocytes B ayant la même spécificité.
Les lymphocytes B obtenus se différencient en plasmocytes et en lymphocytes B mémoire.
Dans la majorité des réactions immunitaires, cette multiplication est dépendante d'une autre population de lymphocytes, les lymphocytes T4 (voir 3).
Les anticorps dirigés contre les protéines virales peuvent bloquer la pénétration des virus dans les cellules, mais ne peuvent pas agir sur les cellules déjà infectées.

Antigène-anticorps **

Christine Moreels

une présentation powerpoint** de la complémentarité de l'antigène avec l'anticorps correspondant (réalisée à partir du logiciel Rastop - INRP).

A vous de juger !

Ouchterlony

Laurent Martorell, Champigny/Marne

Une animation sur la méthode d'Ouchterlony décrivant le protocole expérimental et le principe du test.

Preuve de spécificité des Ac.

Cytotoxicité

Laurent Martorell, Champigny/Marne

Ce diaporama présente le mécanisme par lequel le lymphocyte T cytotoxique élimine les cellules infectées par des agents pathogènes intracellulaires 

2) Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires

Les lymphocytes T cytotoxiques sont aussi des effecteurs de l'immunité spécifique.
Les cellules infectées expriment à leur surface des fragments peptidiques issus des protéines du pathogène, que n'expriment pas les cellules saines.
Les lymphocytes T, par leurs récepteurs T spécifiques, reconnaissent les cellules infectées.
Cette reconnaissance déclenche un mécanisme d'élimination des cellules infectées par ces lymphocytes T cytotoxiques.
La production de lymphocytes T cytotoxiques spécifiques à partir de lymphocytes T pré-cytotoxiques repose sur des étapes (sélection, multiplication, différenciation, intervention des lymphocytes T4) voisines de celles conduisant à la production de lymphocytes B sécréteurs.

Dans le cas du SIDA, la destruction des lymphocytes T4 par les lymphocytes T cytotoxiques limite la progression de l'infection virale mais l'incorporation du génome viral dans les cellules infectées maintient la contamination.

3) Les lymphocytes T4 : pivots des réactions immunitaires spécifiques

A la suite de l'entrée d'un antigène dans l'organisme, des lymphocytes T4 spécifiques de cet antigène se différencient en lymphocytes T4 sécréteurs de messagers chimiques (interleukines).
Les interleukines stimulent la multiplication et la différenciation des lymphocytes B et des lymphocytes T sélectionnés.

Dans le cas du SIDA, la disparition des lymphocytes T4 empêche la production d'anticorps et de lymphocytes T cytotoxiques contre des agents microbiens variés. Ceci permet l'apparition de maladies opportunistes.
Les conséquences de l'effondrement des défenses immunitaires prouvent qu'en permanence les mécanismes immunitaires sont à l'oeuvre et montrent le rôle essentiel des lymphocytes T4 dans la majorité de ces réactions.

Antigène-récepteur T **

Christine Moreels

une présentation powerpoint** de la complémentarité de l'antigène avec le récepteur du lymphocyte T correspondant (réalisée à partir du logiciel Rastop - INRP)

A vous de juger !

Phagocytose

Laurent Martorell ,
Champigny sur Marne

Diaporama (ppt). La phagocytose précède la présentation des peptides viraux aux LT.

La RIMC

Laurent Martorell, Champigny/Marne

Ce diaporama présente la chronologie de la mise en place de la réponse immunitaire à médiation cellulaire (RIMC) c'est-à-dire par intervention des LT.

QCM immunologie

Laurent Martorell ,
Champigny sur Marne

Prévu pour des élèves de SMS donc certaines questions ne correspondent pas au programme de TS : si on a fini tout le reste…

21 questions, notation à la fin.

**Si vous ne disposez pas d'un viewer Powerpoint, en voici ici un disponible (c'est gratuit).