1B - Le domaine continental et sa dynamique.

Attention, vous trouverez ici les termes de l'ancien programme (certains servent encore) - Mise à jour dès que possible...

Retour à l'accueil des mots clés

Activité magmatique  

ensemble des phénomènes liés à la formation, à la cristallisation et aux déplacements des magmas.

Affleurement  

partie d'un terrain visible à la surface de la Terre. Sur les cartes géologiques, les affleurements sont limités par des traits fins : les contours géologiques.

affleurement au cran du Noirda. Boulonnais. Près d'Audresselles.

Amphibole  

minéraux ferromagnésiens, à section transversale losangique, montrant 2 clivages à 124°. Ex : glaucophane bleue (gris-bleuâtre) associée au faciès schistes bleus dans une zone de subduction (retrouvée dans une chaîne de montagnes)

Andésite  

roche magmatique effusive à texture microlithique, de densité faible, présentant peu de cristaux, beaucoup de verre et de bulles d'air, se formant dans un contexte de subduction.

Arc insulaire (ou magmatique ou volcanique

guirlande d'îles volcaniques dessinant un arc convexe vers le large. Dans les régions de subduction, l'arc borde la fosse du côté opposé à l'océan.

Asthénosphère  

couche terrestre limitée par la base de la lithosphère (au dessus) et le manteau inférieur en dessous. C'est donc aussi la partie du manteau supérieur qui n'appartient pas à la lithosphère.

Auréole

dans une roche métamorphique, preuve d'une transformation incomplète de la roche initiale. Le minéral relique est au centre, une "bande" plus ou moins régulière d'un nouveau minéral se forme aux "dépens" des 2 minéraux réactants (celui du centre et celui qui est autour).

Echantillon

Auréole de métamorphisme dans un métagabbro (plancher océanique métamorphisé). Plagioclases blancs - gros cristal de pyroxène brun - amphiboles gris sombre.

Séchilienne (38). - - Denise Grandouillet

Schéma d'interprétation

Bassin arrière-arc  

bassin marin situé en arrière d'un arc magmatique qui le sépare de l'océan (contexte de subduction).

Biotite (ou mica noir

minéral lamellaire, brillant à l'œil nu, marron au microscope en lumière naturelle. Commun dans les roches magmatiques (granite, basalte) et métamorphiques.

Blocs basculés  

structures caractéristiques des marges continentales passives résultant du fonctionnement d'un rift continental avant océanisation.

Un ensemble de failles normales affecte la zone superficielle de la croûte conduisant à un empilement de blocs qui se couchent vers le continent.

 

schéma : http://dino53.free.fr/pages/photos/e2.html

Chaîne de montagnes 

ensemble de reliefs allongés, beaucoup plus longs que large, s'étendant sur quelques centaines à quelques milliers de km.

Chambre magmatique  

région de la croûte terrestre constituant un réservoir de magma résultant de la fusion partielle des roches du manteau.

Charriage 

voir nappes de charriage.

Chevauchement 

recouvrement d'un terrain par un autre qui a été déplacé. Les deux terrains sont alors superposés le long d'un contact dit anormal preuve du déplacement.

Chlorite  

minéral présent dans certaines roches métamorphiques et caractéristique du faciès schistes verts.

Collision 

affrontement de deux plaques lithosphériques convergentes après disparition de la croûte océanique qui les séparait. La collision produit d'importantes déformations tectoniques, notamment des chaînes de montagnes.

Contact anormal  

contact entre deux ensembles de couches sédimentaires qui ne se sont pas déposées l'une sur l'autre. Ce contact est dû à des mouvements tectoniques ayant affectées les strates après leur dépôt (charriage par exemple).

Convergence  

mouvement de rapprochement de deux plaques lithosphériques l'une vers l'autre.

Cordillère  

chaîne de montagnes constituée de formations sédimentaires, de volcans alignés, de massifs granitiques.

Densité  (ou masse volumique) 

rapport de la masse d'un corps sur son volume (par rapport à une masse volumique de référence : eau = 1). Une portion lithosphérique plus dense que l'asthénosphère s'enfonce dans cette dernière, il y a alors subduction.

Ductile  

qui peut s'étirer sans se rompre (contraire de cassant).

Éclogite  

roche métamorphique présentant des cristaux de grenat rose et de pyroxène vert (jadéite). Elle est preuve de conditions de pression très importantes, témoins d'une subduction profonde (base de la lithosphère plongeante). On retrouve de petits fragments dans les Alpes, dans le Viso notamment (ophiolite).

Un échantillon :

La lame mince :

rouge : grenat
vert : omphacite
bleu : disthène

Origine: St Philibert de Grand-Lieu (Loire Atlantique). L. Poux.

roche d'ultramétamorphisme, nombreux grenats visibles (noirs en LPA) et des clinopyroxènes.

- - Frédéric Labaune

Faciès métamorphique  

association déterminée de minéraux caractéristiques de conditions de pression et/ou de température qui régnaient lors de la formation de la roche. Ex : faciès schistes bleus caratéristiques d'une zone haute pression et basse température (témoignant d'une subduction).

Voir auréole.

Faille 

fracture de terrains le long d'un plan avec déplacement vertical ou horizontal des compartiments.

Faille inverse  

fracture de terrain (faille) témoignant d'une compression. On les trouve dans les chaînes de montagnes, témoins de la collision. Il y a chevauchement du compartiment situé au dessus du plan de faille sur l'autre compartiment.

observation de l'affleurement
interprétation
schématisation grâce au logiciel GEOMOD

Faille normale  

fracture de terrain témoignant d'une extension. Structure caractéristique des marges continentales passives résultant du fonctionnement d'un rift continental avant océanisation. Un ensemble de failles normales affecte la zone superficielle de la croûte conduisant à un empilement de blocs basculés qui se couchent vers le continent. On les trouve dans les chaînes de montagnes, témoin de l'océanisation initiale.

Faille normale dans les grès de Trèves
(Allemagne) cJYB
http://dino53.free.fr/pages/photos/e2.html

Feldspath 

minéral essentiel de la plupart des roches magmatiques et de certaines roches métamorphiques. Les plus courants sont l'orthose (rose dans la roche, 2 bandes ou macles gris clair et gris sombre au microscope en lumière polarisée et analysée) et les plagioclases (rayés ou maclés gris clair et gris sombre au microscope en lumière polarisée et analysée).

Feldspaths plagioclases ("zébrés") dans un basalte.

image complète

Flux de chaleur ( thermique

quantité de chaleur traversant une surface donnée en un temps donné. Ce flux présente une anomalie négative (c'est-à-dire une diminution) au dessus des zones de subduction, et une anomalie positive au dessus des arcs volcaniques ou des dorsales océaniques. Voir géotherme .

Fosse océanique 

profonde dépression étroite (jusqu'à 11 000 m de profondeur sur quelques km de large et plusieurs milliers de km de long) du plancher océanique se formant lors de la plongée d'une plaque lithosphérique sous une autre (subduction).

Foyer d'un séisme  

lieu, à l'intérieur du globe, où se produit le premier ébranlement. Lors d'une subduction, les foyers des séismes sont alignés le long d'un plan incliné appelé plan de Benioff, soulignant le pendage de l'enfoncement de la plaque lithosphérique.

Fusion partielle  

passage de l'état solide à l'état liquide de la péridotite asthénosphérique provoquant la genèse de magmas. Elle est favorisée dans les zones de subduction par la présence d'eau libérée par le métamorphisme de la croûte océanique plongeante (abaissement de la température de fusion).

Gabbro  

roche magmatique grenue de la croûte océanique ayant la même composition chimique que le basalte et contenant des cristaux de plagioclase (clair) et de pyroxène (sombre, à reflets brillants).

Echantillon ci-contre : C. Nicollet.

Géotherme  

ligne d'égale température en profondeur du globe. Les géothermes s'enfoncent dans les zones de subduction (la plaque plongeante n'a pas le « temps » de se réchauffer) et les températures sont inférieures à ce qu'elles devraient être à cette profondeur. Voir flux de chaleur .

Glaucophane  

variété d' amphibole présente dans certaines roches métamorphiques et caractéristique de conditions de haute pression et de basse température : faciès schistes bleus.

Granite  

roche magmatique plutonique (cristallisée en profondeur), grenue contenant principalement les minéraux suivants : quartz, feldspaths (orthose et plagioclase), micas. Roches formant la plus grande partie de l'écorce des continents.

Echantillon

Granite en LPA: en bas à droite et en haut à gauche les teintes vives d'un mica, en diagonale, de l'orthose et tout autour avec un aspect craquelé, du blanc au gris très foncé, du quartz.

- - Frédéric Labaune

 

Granitoïdes  

ensemble des diverses variétés de granites et granodiorites.

Grenat 

minéral rose (silicate d'aluminium et/ou de calcium) présent dans les roches métamorphiques, telles les éclogites. Minéral marqueur d'un métamorphisme de haute pression (dans les zones de subduction, à l'extrémité de la plaque plongeante).

Lame mince  

échantillon de roche aminci jusqu'à le rendre transparent afin d'en permettre l'observation en lumière transmise au microscope optique (généralement avec un dispositif polarisant).

Lithosphère  

couche superficielle de la planète formée de la croûte et d'une partie du manteau supérieur et découpée en plaques mobiles, les plaques lithosphériques. Voir tectonique des plaques .

Vue d'ensemble du massif du Chenaillet depuis la cabane des douaniers. De bas en haut, on distingue les trois ensembles constitutifs d'une lithosphère océanique (péridotite, gabbro, basalte).

Chenaillet (05) - Septembre 2002 - JP Esteban

Magma  

liquide à haute température (au moins 600°C ) qui donne des roches par solidification, soit en surface par refroidissement rapide de laves (roches volcaniques) soit en profondeur au cours d'un refroidissement lent (roches plutoniques).

Marge  

frontière entre la croûte océanique et la croûte continentale. On distingue les marges passives (qui sont des zones de transition intraplaque) des marges actives (qui caractérisent les zones de subduction).

Marge active  

zone de subduction océan-continent comprenant, en s'éloignant du rivage, un plateau continental, un talus, une fosse. Marge marquée par une activité sismique importante, les foyers des séismes se répartissant suivant le plan de Benioff. Dans le cas d'une subduction océan-océan on observe un arc insulaire entre le talus et la fosse, accompagné d'un bassin arrière arc (= mer marginale).

Marge passive  

zone de transition intraplaque comprenant, en s'éloignant du rivage, un plateau continental, un talus, un glacis. On peut retrouver des témoignages de l'ouverture océanique (rifting) sous forme de failles normales et blocs basculés.

Métamorphisme  

ensemble des transformations minéralogiques et géométriques que subit une roche quand elle est portée dans des conditions qui sont différentes de celles qui ont présidé à sa genèse. Ces transformations se réalisent à l'état solide. (LARDEAUX)

Mica  

silicate ferromagnésien. Voir biotite.

Microlites (ou microlithe) 

petit cristal, non visible à l'œil nu, en prisme allongé (baguette) caractérisant les roches magmatiques effusives (ou volcanique) à refroidissement brutal. Il s'agit le plus souvent de microlites de feldspath (photo de microscopie, suivre ce lien).

Minéral hydroxylé  

minéral contenant des radicaux OH dans son réseau cristallin et donc susceptible de libérer de l'eau lorsque les conditions thermodynamiques (de température et pression) changent, dans un contexte de subduction par exemple.

Moteur de la subduction  

la densité de la lithosphère océanique s'accroît à mesure qu'elle s'éloigne de la dorsale (par épaississement, refroidissement et hydratation) jusqu'à devenir supérieure à la densité de l'asthénosphère. C'est le moteur essentiel de la subduction.

Nappes de charriage  

ensemble de terrains déplacés par-dessus d'autres terrains à la suite de mouvements tectoniques compressifs, suite à la formation de failles inverses. Elles témoignent de phénomènes de convergence associés à la collision, 3° étape de la formation d'une chaîne de montagnes. Attention, le principe de superposition ne peut être utilisé dans ce cas. Voir illustration à chevauchement.

Nuée ardente  

grand volume de gaz brûlants à très forte pression transportant, à la suite d'une violente explosion, des masses considérables de débris de lave (des cendres aux blocs) et se déplaçant à très grande vitesse (100 Km/H et plus). Associée aux contextes de subduction.

retrouver cette image

Ophiolites  

cortège de roches magmatiques caractéristique des chaînes de montagnes, considéré comme représentant les vestiges de la lithosphère océanique : péridotites foliées, gabbros, basaltes en coussins (porté en altitude par l'obduction : hors programme).

voir illustration à lithosphère

Pendage  

angle entre une surface (couche, plan de Benioff…) et un plan horizontal. Dans les zones de subduction, le pendage du plan de Benioff est plus fort quand la plaque plongeante est plus âgée (cas des Mariannes)

Plagioclase  

variété de feldspath présentant au microscope, en lumière polarisée, une alternance de bandes claires et sombres appelées mâcles. Minéral fréquent dans les roches magmatiques. Voir illustration à feldspath.

Plan de Bénioff  

plan incliné (pendage de 20° à 80°) signant la subduction et correspondant aux profondeurs des foyers sismiques. Il traduit l'enfoncement d'une plaque lithosphérique océanique sous une autre plaque (continentale ou océanique).

Plaque chevauchante  

portion de lithosphère (continentale ou océanique) sous laquelle plonge un plaque océanique subduite.

Plis  

déformation résultant de la flexion ou de la torsion de roches ductiles. Un anticlinal est un pli convexe vers le haut, un synclinal est un pli dont la concavité est tournée vers le haut.

Pli couché dans les strates de grès et de schistes alternées formant le flysch à helminthoïdes.

Saint Clément, Hautes-Alpes, France - 21/09/1998 - Jacques Janin

Pluton (plutonique)  

massif formé de roches magmatiques plutoniques, constituant une grosse masse ovoïde ou une grande lentille, preuve d'une cristallisation en profondeur.

Prisme d'accrétion  

formations sédimentaires plissées, faillées (failles inverses) stoppées par un butoir résistant (marge continentale ou arc magmatique).

Pyroxène  

minéral sombre, à reflets brillants, présent dans les roches magmatiques et métamorphiques.

Quartz  

minéral (silice cristallisée) formé dans les roches magmatiques.

Relief négatif  

inégalité d'une surface topographique « en creux » telle une fosse dans une zone de subduction.

Relief positif  

inégalité d'une surface topographique « en relief » telle une chaîne de montagnes dans une zone de subduction.

Rhyolite  

roche magmatique effusive, riche en verre, de teinte claire, à microlites et phénocristaux rares : quartz, feldspath, amphibole et biotite. Elle résulte de la cristallisation de lave visqueuse dans une zone de subduction (associée à de l'andésite, trachyte et rhyodacite).

Roche magmatique  

roche issue de la cristallisation d'un magma. Elle peut être effusive ou plutonique selon le lieu de cristallisation.

Roche métamorphique  

roche provenant de la transformation d'une autre roche à l'état solide sous l'action de modifications de température et/ou de pression. 

Roche sédimentaire  

roche formée dans un bassin sédimentaire par la solidification de dépôts sédimentaires résultant de l'érosion de roches préexistantes (roches détritiques), ou de l'activité biologique (roches biogènes) ou physicochimique (précipitation d'ions, exemple CaCO3 ).

Schistes bleus  

faciès métamorphique de pression assez forte caractérisé par un minéral bleu : le glaucophane et caractéristique des zones de subduction.

Echantillon

Schiste bleu. Les minéraux brun-bronze sont du pyroxène. Le plagioclase est blanc. On distingue aussi des minéraux noirs, en relation avec le pyroxène : il s'agit d'amphibole noir-bleuté (la glaucophane). Cette roche est un métagabbro issu de la transformation du gabbro océanique ne comportant que plagioclase et pyroxène. Page liée

- - G.Grousset

Solidus  

sur un diagramme température / pression, courbe séparant le domaine où la phase solide existe seule de celui où elle coexiste avec une phase liquide (il y a alors fusion partielle).

Subduction  

Phénomène caractéristique des zones de convergence où la lithosphère océanique s'enfonce sous la marge active d'une plaque comprenant :
•  une croûte continentale (cas des Andes : plaque Pacifique sous plaque Sud Américaine), on parle de subduction océan-continent ;
•  ou une croûte océanique (cas des Mariannes : plaque Pacifique sous plaque Philippines ; Antilles) , on parle de subduction océan-océan.

Texture (ou structure) grenue  

se dit d'une roche magmatique plutonique dans laquelle les minéraux s'expriment (ont une certaine taille) car le refroidissement du magma est lent.

Gabbro : on voit bien les pyroxènes aux teintes vives et les plagioclases en pyjama rayé.

- - Frédéric Labaune

Texture (ou structure) microlitique 

se dit d'une roche magmatique effusive dans laquelle les minéraux se présentent sous forme de petites baguettes appelées microlites, noyés dans du verre car le refroidissement du magma est brutal. Voir illustration à andésite.

Topographie

figuration des formes du terrain sur une carte.

Verre  

magma ayant refroidi très rapidement sans cristalliser, donnant des laves. Dans de nombreuses roches magmatiques effusives, le verre existe en proportion variable comme matrice englobant les quelques cristaux (microlites et phénocristaux).

Volcanisme (volcanique)  

ensemble des phénomènes géologiques liés à l'émission en surface de magma par des volcans, la cristallisation est rapide et la structure est donc microlitique voire vitreuse.

Volcanisme explosif  

volcanisme des zones de subduction expulsant de grands volumes de gaz brûlants à très forte pression transportant, à la suite d'une violente explosion, des masses considérables de débris de lave (des cendres aux blocs) et se déplaçant à très grande vitesse (100 Km/H et plus). Illustration à "nuée ardente".

Ancien programme : La mesure du temps dans l'histoire de la Terre et de la vie.

Retour à l'accueil des mots clés

Actualisme

théorie postulant que les lois régissant les phénomènes géologiques actuels étaient également valbles dans le passé (principe dit des causes actuelles et des causes anciennes.

Exemple :

Ripple mark = rides de "plage" fossilisées dans les grès de Chatillon (Kimmeridgien, environ 145 Ma)

Cran du Noirda

Rides de plage actuelles.

Plage de Boulogne.

Une même cause (houle sur la plage), les mêmes effets.

Anticlinal

pli à convexité tournée vers le haut, témoignant de forces de compression, d'une orogenèse.

Anticlinal de la Crèche, falaise Jurassique au Nord de Boulogne sur Mer.

Carbone 14

isotope radioactif du carbone permettant de dater les roches récentes (jusqu'à 50 000 ans) contenant des restes d'êtres vivants (bois, ossements, charbon…). La demi-vie est d'environ 5500 ans : variable selon les sources (compléments au programme : 5370 ; corrigé par M. Hervé : 5730 ans ; 5568 d'après "Le temps en géologie" - Hachette - 1995 ; 5568 adopté conventionnellement bien que les dernières mesures donnent 5730 +/- 40 ans d'après un article sur la radiochronologie de Marc Castéra de 2003 sur internet).

Contamination  

modification du chimisme d'un magma, d'une roche. Problème rencontré lors des datations par la méthode potassium-argon avec l'argon atmosphérique.

Datation absolue ou radiochronologie

méthodes de datation consistant à établir l'âge exact d'une roche (magmatique ou métamorphique) par rapport au présent par des mesures de décroissance radioactive de certains isotopes dans certaines conditions.

Datation relative  

méthode de géochronologie permettant d'ordonner les uns par rapport aux autres des structures (strates, plis, failles, minéraux) et des événements géologiques variés (discordance, sédimentation, intrusion, orogenèse). Méthode basée sur les principes de la stratigraphie (superposition, recoupement, continuité latérale et identité paléontologique).

Décroissance radioactive

diminution régulière de l'activité radioactive d'un isotope au cours du temps selon une loi mathématique déterminée.

Discordance

contact anormal entre deux couches géologiques dont la plus récente repose horizontalement sur des couches plissées puis érodées antérieurement à son dépôt.
faciès définit un fossile lié à un milieu de sédimentation particulier : les coraux par exemple témoignent d'un milieu de sédimentation chaud.

Fermeture du système  

moment à partir duquel une roche forme un système clos, ne recevant aucun atome de l'élément radioactif (père) ou de l'élément fils de l'extérieur. C'est le moment que l'on date par radiochronologie ou datation absolue.

fossile

reste, trace ou moulage naturel d'organisme conservé dans des sédiments. Ils peuvent être qualifiés de stratigraphiques ou de faciès.

Trigonie : fossile de Mollusque Bivalve du Jurassique et Crétacé. Moulage interne.

Observation latérale.

Vue du dessus.

Fossile en place dans les marnes du

Cran du Noirda.

Fossile stratigraphique  

Un fossile stratigraphique est caractéristique d'une époque géologique délimitée, limitée dans le temps, il permet de dater la roche dans laquelle il se trouve.

Pour être qualifiée de fossile stratigraphique, une espèce doit :
- avoir eu une grande extension géographique (permettant les corrélations),
- avoir existé pendant une courte durée à l'échelle des temps géologiques,
- avoir été abondante (condition nécessaire pour qu'on en retrouve à l'état fossile.

Ex : Les ammonites permettent de dater des roches du Jurassique et du Crétacé.

Fragment d'ammonite en pyrite "découvert" par Alexandre Fruleux, 1° S3, avril 2005.

A noter l'ornementation de la coquille parfaitement préservée ici.

 

Intrusif 

qui a pénétré dans les formations déjà constituées. On l'applique aux roches magmatiques mises en place à l'état fluide sous la surface, et aux massifs (plutons) qu'elles constituent.

Isotope radioactif  

élément chimique (appelé père) qui se désintègre en un élément fils stable avec émission d'un rayonnement.

K-Ar  

couple d'isotopes permettant de dater des roches allant de 1 à 100 Ma. Des problèmes de contamination par l'argon atmosphérique peuvent fausser la mesure.

Métamorphisme  

transformations minéralogiques d'une roche soumise à des pressions et/ou températures différentes de celles de sa formation.

Orogenèse

formation des reliefs.

Période radioactive  

demie vie d'un élément chimique c'est-à-dire temps nécessaire à la disparition de la moitié de l'élément père. Valeur importante pour dater un minéral, une roche, par datation absolue.

Principe d'identité paléontologique  

2 strates contenant les mêmes fossiles stratigraphiques ont le même âge.

Principe de continuité latérale  

une même couche a le même âge sur toute son étendue. Utile pour dater des nappes de charriages qui ne respectent pas le principe de superposition.

Principe de recoupement  

toute formation intrusive ou tout accident (plissement, cassure, charriage) affectant une formation est postérieur à cette dernière.

Principe de superposition  

toute couche sédimentaire située au dessus d'une autre lui est postérieure.

Rapport isotopique  

quotient des quantités des isotopes d'un même corps (ex : carbone) présents dans un échantillon (isotope le plus léger, non radioactif, au dénominateur)

Rb-Sr  

couple d'isotopes permettant de dater des roches anciennes en mesurant les rapports isotopiques de plusieurs minéraux de la même roche ayant cristallisé au même moment (les quantités initiales des éléments et le moment de la fermeture du système étant inconnus).

Régression recul de la mer en-deçà de ses anciennes limites.

Roche effusive ou volcanique  

roche magmatique qui cristallise à la surface du globe (souvent sous l'eau). Ex : basalte, andésite.

Roche magmatique

roche issue de la cristallisation d'un magma. Elle peut être effusive ou plutonique selon le lieu de cristallisation.

Roche métamorphique

roche provenant de la transformation d'une autre roche à l'état solide sous l'action de modifications de température et/ou de pression. 

Roche plutonique  

roche magmatique qui cristallise en profondeur et ne peut se retrouver à l'affleurement que par le jeu complexe de l'érosion associé à des réajustements lors d'une orogenèse.

Ni plutonique, ni effusif mais formé dans un filon et donc périplutonique.

Les gros cristaux témoignent d'un premier temps de cristallisation, au sein de la chambre magmatique.

Les petits cristaux, ou microlites, invisibles à l'oeil nu (et donc ici) cristallisent rapidement, dans le filon.

Il n'y a pas de verre, contrairement à une roche éruptive qui subit un phénomène de trempe au contact de l'air ou de l'eau.

Roche sédimentaire

roche formée à la surface de la terre par la transformation de dépôts sédimentaires résultant de l'érosion de roches préexistantes (roches détritiques), de l'activité biologique (roches biogènes) ou physicochimique.

les roches sédimentaires se présentent sous forme de strates (Pointe de le Crèche, Boulogne) différentes roches sédimentaires sur un même affleurement (cran du Noirda - Audresselles)
le sable : une roche sédimentaire détritique la lumachelle : une roche sédimentaire d'origine biologique (accumulation de coquilles)

Stratigraphie

branche de la géologie qui étudie les relations entre les couches de roches et en déduit des chronologies relatives. Les principes de la stratigraphie sont la superposition, le recoupement, la continuité latérale et l'identité paléontologique.

Transgression avancée de la mer au-delà de ses anciennes limites.

Retour à l'accueil des mots clés